Suivez Nous

Tanzanie : un projet de loi pour exiger les cinéastes à faire parvenir leurs séquences brutes au gouvernement

Irene COULIBALY | | Cinéma

Le gouvernement tanzanien a adopté un projet de loi exigeant aux sociétés cinématographiques du pays de lui faire parvenir leurs séquences brutes.

On dira donc « le cinéma au service de l’Etat », et le but de cette nouvelle est selon le gouvernement d’aider à faire la promotion du pays. Les cinéastes devront ainsi faire parvenir à l’office tanzanien du film ou encore à une autorité mandatée, une copie de toutes les séquences filmées et une copie finie de leur travail, selon l’information livrée par le procureur général, Adelardus Kilangi.

Face à cette décision du gouvernement encore en instruction, les groupes d’opposition craignent déjà que cela soit un frein à la co-production entre cinéastes étrangers et locaux. Un projet qui selon eux a été adopté à la hâte par le parlement ; classé comme une mesure d’urgence.

Surpris par ce projet de loi, les cinéastes tanzaniens s’inquiètent de son impact sur leurs entreprises alors que l’industrie de l’art est en pleine expansion dans ce pays avec 13,7% l’an dernier.

Les personnes ou entreprises étrangères sont également concernées par ce projet ; elles sont tenues d’autoriser le gouvernement à utiliser des clips vidéo ou le film dans son ensemble pour promouvoir la Tanzanie et sa culture.

 

Irène COULIBALY