Suivez Nous

 » Amin », gros plan sur Moustapha Mbengue, acteur principal du film

Innocent KONAN | | Cinéma

Moustapha Mbengue a crevé l’écran dans le film « Amin » de Philippe Faucon, à l’affiche dans les salles obscures. Portrait d’un comédien et musicien italo-sénégalais dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Trois ans après Fatima, qui avait conquis la critique et remporté de nombreux prix dont le César du meilleur film, Philippe Faucon revient avec un autre drame social sur l’immigration : « Amin ». Le long métrage se centre sur « Amin », un Sénégalais venu travailler en France pour envoyer de l’argent à sa famille restée en Afrique. Son mode de vie, principalement axé sur le travail, est altéré lorsqu’il rencontre Gabrielle, avec qui il noue une liaison. Au début, Amin est très retenu. Jusque-là, séparé de sa femme, il menait une vie consacrée au devoir et savait qu’il fallait rester vigilant…

Prêtant sa robuste carrure au rôle-titre, l’inconnu Moustapha Mbengue crève l’écran aux côtés d’Emmanuelle Devos (qui joue Gabrielle). Ce charismatique comédien sénégalais né en 1972 vit à Rome depuis 1998, où il a eu trois enfants nés de deux mariages avec des Italiennes. Lorsqu’il était au Sénégal, Moustapha a goûté à sa première expérience cinématographique en faisant partie de la distribution des Caprices d’un fleuve (1995) de Bernard Giraudeau. En Italie, il a principalement été figurant dans des séries télévisées ainsi que dans des films de réalisateurs de renom comme Nino Manfredi.

Mais sa passion première est la musique. Chanteur, danseur et maîtrisant plusieurs instruments, Moustapha s’était rendu en Italie pour percer dans ces domaines (il possède son propre groupe, Africa Djembé). Parallèlement, le quadragénaire a aussi pour habitude de parler au nom des siens via sa propre chaîne YouTube (à titre d’exemple, il avait pris la parole lorsque, en 2011 et 2012, deux Sénégalais s’étaient fait assassiner à Florence). C’est même de cette manière qu’il a été repéré par la directrice de casting Leïla Fournier et ainsi casté dans le film de Faucon. Ce dernier raconte :

« Moustapha a une maîtrise partielle du français et il a sans doute, sur bien des points, un parcours personnel proche de celui d’Amin. En tous cas, une connaissance particulière et profonde de tout ce dont est fait ce parcours : solitude, à la marge d’un pays que l’on a rejoint par nécessité de survie ; éloignement des siens dont on garde la charge, etc. Dans le film d’ailleurs, différents visages alternent chez lui, suivant les pensées ou les sentiments qui l’habitent : replié ou insondable parfois, ouvert et rayonnant à d’autres moments. »

Si le film n’est pas parfait sur la forme, la prestation de Moustapha Mbengue en est incontestablement l’un des points forts. Le public ne s’y est pas trompé : « J’ai reçu beaucoup de félicitations de gens qui ont trouvé que c’est authentique : “Moustapha, c’est nice !” Des Sénégalais mais aussi des Italiens ont salué mon travail. Ça me donne du courage pour continuer », raconte Moustapha Mbengue, plein d’optimisme.

 

Innocent KONAN