Suivez Nous

“3 Brothers”, film hommage de Spike Lee à George Floyd

Arsene DOUBLE | | Cinéma

Le cinéaste américain de renom Spike Lee a publié, dans la soirée du dimanche 31 mai, sur les réseaux sociaux un court-métrage intitulé “3 Brothers” en hommage à Georges Floyd, l’Afro-Américain de 46 ans, qui lors de son interpellation a suffoqué, menotté, sous le genou d’un policier blanc de Minneapolis.

“3 Brothers”, film d’une durée d’une minute et trente secondes, dresse un parallèle entre la mort de Radio Raheem dans “Do The Right Thing” (1989) et celles d’Eric Garner, décédé au cours d’une interpellation en 2014 à New York, et de George Floyd la semaine dernière à Minneapolis. « Est-ce que l’histoire va arrêter de se répéter ? », commente le réalisateur.

Depuis la sortie de “Do The Right Thing” (1989), son film coup de poing sur les tensions entre Noirs et Italo-Américains dans un quartier de Brooklyn, rien n’a changé. C’est le constat de Spike Lee dans “3 Brothers”, film hommage à George Floyd publié dimanche soir sur son compte Twitter.

Le cinéaste âgé de 63 ans a toujours dénoncé les dérives de la société américaine. Son dernier film, “Blackklansman”, qui raconte l’histoire d’un noir qui infiltre le Ku Klux Klan, se termine avec des images de la manifestation de Charlottesville, où un membre d’un groupuscule d’extrême droite a tué le 12 août 2017 une femme de 32 ans, Heather Heyer.

La mort de Georges Floyd, survenue lors d’une interpellation la semaine dernière, a une nouvelle fois mis au jour les violences policières à l’encontre de la communauté noire en Amérique du Nord. Derek Chauvin, l’officier de police impliqué dans la mort de George Floyd, a été inculpé pour meurtre au troisième degré (homicide involontaire) et placé en détention par les autorités locales.

De New York à Los Angeles, de Philadelphie à Seattle, des dizaines voire des centaines de milliers d’Américains ont manifesté samedi et dimanche contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales, exacerbées par la crise du Covid-19.

Ni le renvoi de l’agent coupable de la bavure, Derek Chauvin, ni son arrestation postérieure n’ont calmé les esprits, bien au contraire: les protestations se sont propagées dans au moins 140 villes américaines.

 

Arsène DOUBLE