Suivez Nous

Safem, modèle nigérien de promotion de l’entrepreneuriat féminin

Cyril Verb | | Arts Vivants

Niamey, la capitale du Niger, s’apprête à accueillir la 10ème édition du Salon international de l’artisanat pour la femme (SAFEM). Du 24 novembre au 10 décembre, le génie créatif féminin du continent sera à l’honneur.

Ceux sont plus de 1 500 artisans venus d’une trentaine de pays qui sont attendus à ce rendez-vous de l’artisanat, vitrine du riche potentiel local et continental.

Le Niger, partant la région, a déjà donné au monde quelques pièces artisanales universelles à l’instar de la spartiate Masaï et des nombreux colliers ethniques d’inspiration locale, arborés fièrement en Europe comme en Amérique. Ces produits atypiques qui font la fierté des peuples sahéliens sont majoritairement des créations de femmes rompues aux métiers de l’art et métissent les cultures d’Afrique du Nord à celles des zones subsahariennes.

Dans les pays du Sahara comme dans d’autres du continent, l’artisanat était et continue en effet d’être une activité dans laquelle excellent bien de femmes. Les initiateurs du Safem visent ainsi « promouvoir  la consommation des produits artisanaux par la femme et pour la femme, mais surtout doter le Niger d’un cadre de promotion de produits artisanaux africains, mettant l’accent sur la femme ». Les femmes constituent le pilier du secteur informel en Afrique. Et celui-ci représente plus de 70% des emplois.

Regroupées en associations, en  coopératives ou exerçant chacune dans son atelier, ces femmes  sont de véritables entrepreneurs encore dans l’informel  et avec des techniques de travail rudimentaires. En réponse? En plus de cette plateforme de visibilité et d’accès à une clientèle variée qu’est le Safem,   les autorités nigériennes mettent progressivement en place des mécanismes de financement pour le renforcement des capacités des artisans et le développement de leurs activités.

En attendant, les femmes peaufinent et achèvent leurs dernières collections, sinon s’attèlent à les terminer avant le top départ le 24 novembre.   Deux semaines durant, les 140 000 visiteurs attendus auront l’occasion de découvrir et d’apprécier, au village artisanal de Niamey, toutes sortes de produits artisanaux du Niger et d’autres pays africains.

Au bout, une balade au pays des merveilles où  les objets d’art rivalisent de beauté avec la maroquinerie et les tenues vestimentaires. L’utilitaire s’en mêle avec des produits de transformation agricole et la pharmacopée. Des fruits d’un savoir-faire ancestral.

 

Cyril Verb