Suivez Nous

Bonjours 2021 : Une blague de Ramatoulaye censurée par la RTI

Arsene DOUBLE | | Arts Vivants

Ramatoulaye, humoriste ivoirien

L’humoriste ivoirien Ramatoulaye a, lors du traditionnel spectacle d’humour organisé chaque début d’année par la RTI (Bonjours 2021), a raconté une histoire drôle sur le préfet d’Abidjan qui n’a vraiment pas été appréciée par les responsables de la télévision ivoirienne.

 

Dans le cadre du “Bonjours 2021“, la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI) a censuré une blague du talentueux humoriste ivoirien Ramatoulaye. Portant sur le préfet d’Abidjan, l’histoire drôle racontée par l’artiste tend, selon les responsables de la télévision ivoirienne, à diffamer l’honorabilité de quelques personnalités du pays.

« Un jour, le préfet d’Abidjan a décidé d’aller traquer les vendeurs de drogue. Arrivé dans la commune d’Adjamé, le préfet marque un arrêt, appelle un jeune homme et lui demande où est-ce qu’il peut trouver de la drogue. Le jeune homme lui pose la question de savoir s’il la veut faible ou forte. Le préfet répond qu’il veut juste de la drogue. C’est ce qui fût fait. Dès que le préfet a senti l’emballage, il demande au jeune homme : tu sais qui je suis ? Je suis le préfet d’Abidjan. Le jeune homme se mit à rire et lui dit : tu as juste senti, tu es devenu le préfet d’Abidjan. Si on avait allumé, tu allais devenir Hamed Bakayoko, et si tu avais aspiré, tu serais devenu Alassane Ouattara lui-même », a raconté Ramatoulaye.

Cette blague tendant à diffamer l’honorabilité des personnalités citées, a bien évidemment été censurée par la RTI. Ce que n’a pas apprécié Ramatoulaye qui a donc exprimé son mécontentement via une publication sur sa page Facebook. « La RTI, c’est quel comportement ça ? », s’est-il interrogé. Sévèrement critiqué par de nombreux internautes qui lui ont rappelé que c’est cette même RTI qui l’a révélé aux yeux du monde, l’humoriste est rapidement revenu à la charge pour présenter ses excuses. « La RTI, c’est ma maman et mon papa. Je vous demande pardon »,  a écrit Ramatoulaye.

Arsène DOUBLE

Mots-clefs : , , , , ,