Suivez Nous

Après l’annonce de la restitution de ses objets sacrés détenus en France, le Bénin se dit pas encore prêt pour les accueillir

Irene COULIBALY | | Arts Vivants

Le retour des 26 objets du patrimoine culturel béninois pillés lors du sac des Palais des rois d’Abomey par des troupes coloniales françaises en 1892 devra attendre encore un peu avant de retourner chez ses propriétaires légitimes.

Depuis le début du mois de juillet, le ministre français de la Culture, Franck Riester, avait annoncé fièrement le retour “rapide” de ces objets sacrés du royaume Dahomey, l’ancien Bénin. « Ces totems et autres sceptres royaux, si attendus en Afrique, doivent pouvoir être vus, admirés et étudiés au Bénin ». A affirmé Franck Riester.

Mais du côté du Bénin, les choses vont au ralentit. Le Bénin demande plus de patience, un peu de temps afin d’être vraiment prêt à accueillir ces objets, selon les propos du directeur de l’agence nationale de promotion des patrimoines et du tourisme béninois, José Pliya.

Le tourisme est un pan important dans le développement économique du Bénin. Ainsi, le pays souhaite accueillir ses œuvres dans les conditions optimales. Chose qui se fera dans deux cas, l’UNESCO a donné son accord pour la construction d’un nouveau musée dans l’enceinte des palais d’Abomey, l’ancienne capitale dont l’inauguration est prévue pour les accueillir. Le pays se projette donc jusqu’en automne 2021 ce qui n’est pas vraiment du goût du président français qui souhaite faire cette restitution d’ici un an.

Emmanuel macron souhaite honorer ses engagements avant le début de « Africa 2020 » qui représente la saison des cultures africaines en France.

 

Irène COULIBALY