Suivez Nous

Yéanzi Saint-Etienne, imprime sa marque

Raymond Alex Loukou | | Arts Visuels
Credit photo: yéanzi saint etienne
Artiste peintre et photographe, Yéanzi Saint-Etienne fait partie de cette nouvelle race d’artistes qui veulent se singulariser de par leur travail. Révelé au grand public à la faveur de la finale du Grand Prix Guy-Nairay édition 2013 (concours recompensant les jeunes artistes dans le domaine de la photographie, de la peinture et de la sculpture), l’artiste n’en finit pas d’étonner par ses performances artistiques. En 2013, il est fait partie de la sélection officielle (section photographie) des artistes devant prendre part aux Jeux de la Francophonie à Nice. Même s’il n’a été médaillé à ces Jeux, l’artiste en garde de très bons souvenirs.  » Ces Jeux m’ont permis de découvrir beaucoup de choses dans le domaine de l’art. Ce qui m’a le plus plus marqué, c’est que nos œuvres ont eu une audience particulière auprès du public. A plusieurs reprises le public m’interpelait en ces termes :  » voilà le peintre photographe ! « . J’ai été extrêment touché par cette marque de sympathie de la part de ces nombreux anonymes « , se souvient-il encore.
Pour l’artiste, la reconnaissance de son talent aujourd’hui’ hui est le résultat de plusieurs années de travail. Major de la promotion 2011-2012 de l’ Institut National des Arts et de l’ Action Culturelle (INSAAC) avec à la clé le Diplôme d’ Etudes Supérieures Artistique, option Art Plastique, Yéanzi se lance dans le monde de l’art pour imprimer sa marque. L’occasion lui est donnée pour la toute première fois en 2011 de montrer ses talents d’artiste à l’occasion de la Fête de la Musique à l’ Institut Français d’ Abidjan. Cette exposition qui constitue en quelque sorte le baptême de feu de l’artiste se passe plutôt bien. Galvanisé par cette première expérience, il se présentera 2 ans après au Grand Prix Guy-Nairay pour compétir dans la section photographie. Bingo ! C’est la consécration ! Il s’adjuge le GPGN. Sa technique utilisée (grattage sur photo) séduit les membres du Jury qui voit en lui un artiste audacieux. La technique du grattage sur photographie, l’artiste la définit comme le besoin d’intervenir manuellement sur la photographie. C’est une façon pour l’artiste d’aller au-delà de la photographie, une façon d’agir directement sur la photo. Il explique le grattage sur photo en ces termes :  » En fait je fais évoluer la photographie non pas dans l’ombre des nouvelles technologies mais plutôt en étant avec les arts majeurs et l’affirmer au même titre que la peinture, la sculpture et tous les autres arts donnant de la sensibilité. C’est une technique mixte qui consiste à dessiner directement sur une photo, modifier les angles et lui apporter de la sensibilité « , telle est l’idée-force de la photographie version Yéanzi. Le Grand Prix Guy-Nairay a été aux dires de l’artiste, une véritable une rampe de lancement pour sa carrière.  » Le GPGN est pour moi la reconnaissance de plusieurs années de travail. J’ai été le premier lauréat dans la catégorie photographie. Je rends hommage aux initiateurs de ce concours qui ont pensé aux artistes « , reconnaît-il. La sélection de l’artiste aux Jeux de la Francophonie de Nice n’a été que la suite logique. Malgré ce relatif succès, l’artiste garde la tête sur les épaules. Dans son antre à Bingerville, à quelques encablures d’Abidjan, Zéanzi Saint-Etienne continue de peaufiner sa technique. Il prépare dans la plus grande discrétion une exposition pour l’année 2014. Cette expo sera une occasion pour le public et autres amateurs d’art de découvrir ou de redécouvrir les œuvres de ce jeune artiste bourré de talents dont le mérite a été reconnu par la Grande Chancellerie de l’Ordre National lors de la Journée Nationale du Mérite. Au vu de ses performances académiques en tant qu’artiste peintre, un diplôme d’honneur lui a été délivré. Comme dirait l’écrivain, aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Membre d’un groupe de six artistes résidant à Bingerville dénommé O Bin Ka Obi, l’artiste prépare activement une exposition de groupe qui se tiendra pendant la 8ème édition du Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA).
Pour répondre à ceux qui voudraient le cataloguer dans un style particulier, Yéanzi à cette  phrase qui résume un tant soit peu son travail :  » Mes œuvres sont le résultat d’un savant mélange de peinture, de photographie, et de sculpture. Je m’enrichis chaque fois de nouvelles expériences artistiques. Je refuse de me confiner dans un domaine précis au risque d’étouffer mon génie créateur « . Sans commentaire.
Loukou Raymond-Alex
Credit photo: yéanzi saint etienne