Suivez Nous

Culture : La mort ne prendra pas le nom de Zadi Zaourou

Zacharie Acafou | | Arts Visuels

-
Il n’a jamais cherché à interpréter un rôle ni à se construire un personnage. Il a toujours été à lui-même sa propre énigme. Dans un crépuscule dont on ne sait s’il est du soir ou du matin, de cette étrange silhouette se dégageait, autrement solennelle, sa philosophie et son heureux génie. On peut dire aujourd’hui de Zaourou que la littérature ivoirienne n’avait jamais paru avec les charmes et les beautés naturelles dont il l’a gracieusement orné.

Il me paraît impossible d’emblée de parler de ses œuvres en feignant d’ignorer que toutes les clés se trouvent dans la vie de son auteur. Impossible de parler de l’écrivain en se taisant sur le militant, l’homme de théâtre, le poète. Il a su, prodige, intégrer des éléments aussi divers que la conscience raciale, la création artistique et l’action politique. Personnalité aussi puissamment unifiée et à la fois aussi complexe que celle de ZADI Zaourou qui nous a fait entendre l’Afrique, les femmes puissantes dans le langage le plus approprié. Cet extrait de la guerre des femmes nous immerge dans l’une de ses bouffonneries les plus poétisées.

« Quand tu seras seule avec l’homme avec qui tu passeras la première nuit, observe bien sa nudité. A la lisière de sa prairie qui est à tous points semblable à la nôtre, tu découvriras un arbre sans feuillage. Il porte un fruit qui renferme deux fèves. Ne t’acharne pas sur le fruit. Tu tuerais l’homme. Caresse plutôt l’arbre. Il grandira et grossira subitement. A vue d’œil. Ne t’effraie pas. Couche-toi sur le dos. (…)Les tisons que tu portes là, sur ta poitrine, le brûleront d’un feu si doux qu’il roucoulera comme une colombe. Il s’abandonnera à toi. Engage alors son arbre dans ton sentier ; fais en sorte que lui-même lui imprime un rythme : haut-bas ! haut-bas ! haut-bas ! Tu verras. Ses yeux se révulseront et il s’oubliera dans une jouissance indicible. Quand tu le verras ainsi désarmé et à ta merci, ne le tue pas mais retiens que toi seule pourras l’envoûter de la sorte, chaque fois que tu le voudras, toi. »

Féministe volontiers en quête d’ineffable, son esprit, sans rien quitter de sa rigueur, avait gardé toute sa valeur poétique. Une rigueur parfois légère qu’on aurait pu croire hostile à la littérature mais qui a fait au contraire de ses œuvres, des merveilles si accomplies. Ah ! Nous avions encore beaucoup à apprendre de Zaourou sous le rapport de l’humaine condition. Tout certes aurait existé, sans cet écrivain considérable, mais son cas personnel, sa littérature demeurera avec force et vivacité. Non, la mort ne prendra pas le nom de Bernard Zadi Zaourou. C’est une évidence.

*Titre inspirée de l’œuvre du poète Gabriel Okoundji in La mort ne prendra pas le nom d’Haiti.

BIBLIOGRAPHIE DE ZADI ZAOUROU
ZADI (ZAOUROUBERNARD), Césarienne, Céda, Abidjan. 1984 (1)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), La Tignasse, Céda, 1984 (2)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), Fer de Lance, NEI, Abidjan Neter 2002 (3)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Les Sofas (suivi de) L’?il, L’Harmattan, 1983 (4)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), Il secreto Degli Dei (Le Secret des Dieux), Per
L’Italia La Rosa, Editrice 1999(5)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Fer de Lance, in Les Grands auteurs
Africains, Editions l’Harmattan, Paris 1976 pp
275-309 (6)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), Il Termitaio (La Termitière) in Teatro e poesia Costa d’Avario, Théâtre et poésie en Côte
D’Ivoire, l’Harmattan Italia Srl, 2002 (7)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), La Guerre des Femmes (suivi de)
La Termitière, Abidjan, NEI, 2001(8)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), Destin Des Mots in Francofonia, Olschki
Editore Ottobre 2006 pp 213-220 (9)
D’Aujourd’hui, Dakar : NEA, 1978, 294p (10)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), Césaire Entre Deux Cultures, Problèmes
Théoriques de la Littérature Négro-Africaine
LES REVUES
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Rites Funéraires et intégration Nationale du
Pays Bété Sud, in Ann. Uni. D’Abidjan, série
D (Lettres) Tome 7, 1979 pp 69-106. (11)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Expérience Africaine de la Parole : Problème
Théorique de la linguistique à la littérature, in
Ann. De. Uni. Abidjan, série D (Lettres), tome
XVII, pp 29-69. (12)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Notes sur les Mots du Cahier d’Un Retour au
Pays Natal d’Aimé Césaire, Ann. Uni. Abidjan, Série D (Lettres), 1974, Tome VII pp
27-28. / Voir aussi SEMINAIRE DE STYLISTIQUE 1970-1971 ; Publication. Depart.Lett. mod. / FLASH (13)
ZADI (ZAOUROU BERNARD),Littérature et Dialectique : une application du
Matérialiste dialectique à l’étude de la poésie
, Revue En-Quête N° 9 Abidjan, EDICI, 2002
Pp 127- 142 (14)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Le mythe, le Prêtre et le Poète : puissance
Unifiante du rythme, in Acte du Colloque sur
La littérature Négro-Africaine, Abidjan Dakar,
NEA, 1979, pp 109-113. (15)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Aventure du mot et quête Universaliste dans
L’?uvre d’Aimé Césaire, in ?uvres & Critiques XIX, 2 (1994), ISSN : 0338-1900 (16)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Le Conte Dôgbôwradji in Bissa N°1,
(Nouvelle Série), Ed. GRTO, 1988. (17)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Regard sur l’?uvre poétique de Nahounou,
Digbeu (AMEDEE PIERRE), in Bissa (revue,
Littéraire Orale) N°6, G.R.T.O, 1977. (18)
BOTTEY (ZADI ZAOUROU), Ramazalaye, in La Nouvelle revue Française,
Editions Gallimard, Juin 2000 pp 199-205 (19)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Introduction à la connaissance de la Poésie Orale de Côte d’Ivoire in Ann. uni. Abidjan
Tome V, Abidjan 1990, pp 5-45 (20)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Poétisation de l’espace dans Le Coup de
Vieux de Sony Labou Tamsi et Caya Makhélé
In En-Quête, PUCI 2001, pp 96- 111. (21)
ZADI (ZAOUROU BERNARD),Traits distinctifs du conte Africain : Thèses in
NEA, Abidjan, Serie D, Tome 7, 1979 pp 19-22. (22)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Littérature et Dialectique: Application de la
Dialectique matérialiste à l’étude de la prose
Littéraire in Revue du C.A.M.E.S (Sciences
Sociales et Humaines) Série B, Vol 03, N°
002, 2001, pp 1-15. (23)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), C’est vraiment une forme nationale de théâtre,
Le Didiga in Bayreuth African Studies, Séries 8 (Interviews avec des écrivains Africains Francophones), Printed by Justizvollzugsamstadt Bayreuth, 1986, pp 63-
77. (24)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Qu’est ce que le Didiga ? In Ann. Uni.Abidjan
(Lettres et Sciences Humaines), Tome XIX 1986 pp 147- 163. (25)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Avec Césaire, Dénombrer les crimes de la mer
In Africa, America, Asia, Australia, By Bulzoni Editore 1999 pp 139 – 150. (26)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Expérience africaine de la parole, Ann. Uni
Abidjan, série D (Lettres), tome 7, 1974.
(27)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Hommage à Roman Jakobson, in Frat. Mat.
05 Oct. 1982 pp19 (28)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Langue et critique littéraire en Afrique Noire,
(1), Actes du colloque de Yaoundé, 16- 20 Avr. Ed. Pr. Africaine. (29)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Autour d’une exposition de peinture, Rev. Pr
Africaine, 1971. (30)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), De la parole artistique proférée, Revue de
Littérature et d’esthétique Negro- Africaine,
N°1 (ILENA), Abidjan. (31)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), Entretien sur le Théâtre (A l’école des
Des Anciens), Revue, Arts d’Afrique Noire,
N°48, 1978. (32)
ZADI (ZAOUROU BERNARD), La parole poétique dans la poésie Africaine :
Domaine de l’Afrique de l’Ouest francophone, Thèse de Doctorat d’Etat,
Université de Strasbourg II, 1981. (33)
Ghislaine ATTA
(infos biographie : Fraternité Matin)