Suivez Nous

Cool Diabang, un performeur au sommet de son art

Desire Amani | | Arts Visuels

Folie artistique ou délire raisonnable dans l’action pratique culturellement poïétique, Cool s’inscrit dans cette logique expérimentale. Faire de l’art à partir de la vie, explique les raisons bien fondées de cet artiste très engagé pour la sensibilisation et la promotion  de la performance artistique à travers l’Europe et le reste du monde.

Pour Cool, l’art à caractère performatif reside dans cette nature du temps qui vit sa vie.   Cette  vie, dans le quotidien vit son temps dans une performance impérissable alliant corps, âme et esprit dans un concert de pulsions sensorielles.  Né à Abéné en Casamance, au Sénégal en 1972, Cool vit son art  comme une passion. Il brille par sa libre pratique en créant un style assez singulier doté d’une force irrationnelle qui s’éloigne de la rationalité du pouvoir que conserve son art sous ces divers aspects.
“A son actif, plusieurs expositions, performances, workshops, résidences et concerts… au Sénégal, en Gambie, France, Autriche, Suisse, Pays-Bas, Allemagne, Angleterre…- Membre du collectif d’artistes des Agités du Bocal de Rennes.
– Membre fondateur du collectif d’artistes Ici & Là-bas Arts.
– Directeur artistique du festival Abéné festival à Abéné, Casamance.
La démarche artistique de Cool Diabang est celle d’un artiste authentique – d’un homme vrai – libre penseur et libre faiseur. Il explore le monde, les mondes (mystique, spirituel, imaginaire, réél) et les hommes qui l’entourent et nous donne à voir, à entendre ou à vivre ses perceptions au travers divers mediums (peinture, sculpture, musique ou encore performance). Mais quelque que soit le medium touché il y a toujours le geste – le rythme.  Le mouvement de sa performance de peintre est perceptible même dans l’immobilité de la toile achevée.Ses toiles sont des explosions émotionnelles. Cool Diabang travaille la matière – s’y acharne – s’y incarne. Ses toiles sont parfois scarifiées, grattées, blessées, nouées. Elles sont vivantes et vibrantes. On peut y deviner des liens secrets, s’y inventer des histoires. Elles se font alors l’écho de nos monstres intérieurs ou de nos rêves. Elles sont comme nos humeurs – changeantes. Elles se découvrent à l’infini. Et puis à la tombée de la nuit, entre chien et loup, le Bleu Diabang s’illumine et on se dit qu’il y a quelque chose de l’ordre de la magie qui opère – une alchimie – un don.”
En somme, Cool Diabang dévoile avec charisme, ce petit moment de la conscience universelle comme une attitude, une gestuelle, une transformation  d’où une identité, par le biais de sa matrice expérimentale.
Ces divers supports d’exploration, demeurent  son veritable amour pour l’art arrosant l’ensemble des mentalités. Cette pluie de conscience humaine résume en quelques lignes chez Cool, un symbole mémorable que chaque initié devrait comprendre à travers le langage artistique.
  
Désiré Amani