Suivez Nous

Yubah Sanogo émerveille la galerie des arts du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire

Arsene DOUBLE | | Art contemporain

Dans la soirée du jeudi 25 juillet, l’artiste peintre ivoirien Yubah Sanogo a impressionné tous les amoureux d’art lors du vernissage de l’exposition « Les enfants du monde » à la galerie des arts du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. A travers des impressionnantes toiles, l’artiste prône l’amour, le bien-être, la générosité, la solidarité, les belles rencontres et surtout le courage.

Les cimaises de la galerie des arts du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire sont hautes en couleurs. Devant la beauté des toiles exposées, l’émerveillement des visiteurs paraît grand. A 19h, le nombre croissant des personnes présentes sent la fête et la bonne humeur. Tout le monde brûle d’impatience de découvrir le fameux Yubah Sanogo, qui accuse un léger retard.

Il était environ 19h 10 quand la star se présente à la galerie. Pour le plaisir du public, le peintre a dévoilé des œuvres d’une beauté sans pareille et aussi porteuses de messages forts. Des créativités teintées d’humanisme et vecteur d’émotions plaisantes : l’amour, le bien-être, la générosité, la solidarité, les belles rencontres et le courage.

« Le message que je veux véhiculer, c’est l’amour, le bien-être, les belles rencontres. Pour dire qu’on est tous pareille entre nous les êtres humains. », a expliqué l’artiste peintre ivoirien Yubah Sanogo. A cela s’ajoutent la solidarité et la générosité qui, selon le peintre, contribuent à la construction d’un avenir meilleur.

« On est tous des enfants du monde. On grandit ensemble. Et il y a des générations qui arrivent. On doit transmettre un message à ces générations, leur montrer qu’on doit être solidaire, amour et courageux dans la vie quand on entreprend quelque chose. », a-t-il conseillé.

La subtilité de ses tableaux laisse parfois le public pantois et confus. « Sans m’avoir vu, des personnes ont cru que c’était un européen qui faisait ces tableaux. », a confié fièrement l’artiste. Et d’ajouter : « Il faut montrer à ces personnes que l’Afrique a du talent. Et, il faut s’y mettre. »

L’artiste sait s’exprimer à travers ses créations. Ses toiles traduisent mieux sa vision du monde. Elles dénotent l’humanité, sinon l’affection, la solidarité et le bien-être. Citons, entre autres, « CHAIRE DE MA CHAIRE » représentant deux êtres visiblement liés, une femme et un homme, qui se font face dans un élan d’affection ; « UNE VOIX D’OR » où un artiste, de sa plus belle voix, chante dans un micro ; « LEVRE DE JOIE » témoignant d’un sentiment de bien-être à travers des lèvres tout sourire d’une personne ; enfin, « MI AMORE » mettant en vedette un couple dans une situation d’intense amour. Regard détourné, la femme se blottit contre l’homme en lui caressant l’épaule gauche.

Le peintre Yubah Sanogo, une fierté pour tous

Fier de disposer d’une cinquantaine d’artistes peintres très habiles, à l’image de Yubah Sanogo, Olivier Pépé, président de la fondation « TOUS POUR LES ENFANTS » nous a fait part de sa méthode et ses critères de sélection d’artistes. Il effectue des visites en atelier. Etant diplômé des beaux-arts, il est doté d’un coup d’œil qui l’aide à déceler des peintres de qualité. La sélection n’est donc pas faite au hasard.

 « Je suis à la recherche d’artistes qui ont des écritures qui ne laissent pas indifférent. J’ai la chance d’être moi-même passé par les beaux-arts. Cette chance fait qu’en matière de sélection ou de “checking artiste”, j’ai la facilité de déceler des artistes, qui impressionnent et dont tout le monde a envie d’avoir les œuvres. », a-t-il fait savoir à 100% culture.

Présents à l’exposition, des artistes peintres ivoiriens, à l’instar de Fondio Mauhry et Ozoua Harmonie, ont semblé convaincus du travail de Yubah. Le premier a soutenu : « J’aime beaucoup le travail de Yubah …ses dernières œuvres qu’il a présentées sont très subtiles. C’est-à-dire qu’il n’est pas ce genre d’artiste qui présente quelque chose de grossier. Non ! Non !  Quand tu regardes, tu dois t’approcher pour lire les éléments. C’est du relief. Mais, c’est très subtil. C’est propre. C’est pur. C’est raffiné. En fait, l’artiste sait où il commence, où il doit en venir. Et quand c’est fini, c’est abouti. Ça, respecte ! Parce qu’un tel travail, c’est majeur. »

Quant à la seconde, Ozoua Hamony, l’artiste peintre est au bout de l’émerveillement : « J’ai été impressionné par l’œuvre de mon ami, parce qu’il est allé au-delà de ce qu’on pensait de lui. Je ne le voyais pas dans cette écriture. Je le connaissais avec une autre écriture. Mais, aujourd’hui il nous a fait la surprise. Vraiment je suis émerveillée… »

La jeune ivoirienne Yaba Christiane, en visite à l’exposition, a félicité le doigté et la capacité de l’artiste à communiquer plusieurs émotions : l’amour et la paix. « C’est un beau travail déjà accompli. Je félicite l’artiste. Arriver à maitriser une technique pareille, c’est déjà bien (…). C’est un mélange d’émotions. Sur chaque toile, il y a certaines émotions qui viennent. Certaines expriment : l’amour, la vision, la paix. C’est super ! on va dire. »

Jusqu’au 13 septembre 2019 se poursuit l’exposition « Les enfants du monde » à la galerie des arts du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire.

 

Arsène DOUBLE