Suivez Nous

Yamina Bellambri, l’artiste peintre qui redonne vie aux feuilles mortes par son talent

Irene COULIBALY | | Art contemporain

Yamina Bardi, Mina pour les intimes est mariée et mère de deux enfants. Avec son art intrinsèque qu’elle manie aisément, l’artiste redonne vie aux feuilles mortes en créant et façonnant des tableaux. Comme elle aime le répéter, elle crée ses œuvres « juste pour le plaisir ».

La passion artistique, Mina, fille des Bellambri la nourrissait depuis sa tendre enfance. Même si elle n’était elle-même pas consciente auparavant de son talent. Lorsque des amis viennent lui rendre visite, ils attirent son attention sur la valeur de ses tableaux faits à partir de feuilles séchées. Grâce à leurs encouragements, l’artiste redouble d’efforts et finit par étonner son entourage par ses œuvres.

« J’ai toujours été attiré par le vétuste. Au début je voulais poursuivre mes études en archéologie avant de finir par épouser une carrière d’enseignante en électronique au Technicum de Skikda », révèle-t-elle. Et c’est d’ailleurs dans ce lycée technique qu’elle se familiarise à l’art à ses débuts dans l’enseignement.

En effet, elle raconte qu’un jour d’automne, elle s’est amusée à ramasser les feuilles des platanes qui jonchaient le sol humide de la cour pour les laver et les mettre soigneusement dans une petite boite. Sa sensibilité face aux feuilles mortes a servi plus tard à faire éclore son talent d’artiste en les combinant pour obtenir une composition harmonieuse. Pour faire plus beaux, elle y rajoute des supports artistiques (bouts de tissus, ficelles…).

Aujourd’hui retraité, Mina s’amuse à laisser libre cours à son don de s’exprimer. Elle utilise d’autres supports en habillant les couffins d’osier, les bouteilles de jus, les vases, les courges et s’essaie également à la fabrication de poupée, aidée par son époux Karim, lui aussi artiste.

Mina expose pour la première fois ses œuvres, engouement et reconnaissance s’entremêle en faveur de cette artiste qui travaille en solitaire.

 

Irène COULIBALY