Suivez Nous

Les sculptures poétiques de Marine de Soos exposées à la galerie Estades de Lyon

Jean Paul Tra Bi | | Art contemporain

La Galerie Michel Estades de Lyon invite ses visiteurs à découvrir les sculptures poétiques de Marine de Soos (1967). On se souvient encore des années familiales que l’artiste a passées sur le Continent africain. De ses nombreux voyages, elle livre ses souvenirs chargés d’émotion avec beaucoup de sensibilité. Le périple artistique auquel elle nous convie dépasse les frontières en nous faisant revivre les moments qu’elle a aimés. Cette exposition a commencé le 25 janvier et se poursuit jusqu’au 14 Mars 2020.

Née à Paris, Marine de Soos passe une partie de son enfance sur le continent africain, dont on retrouve la quête et la force à travers son œuvre. De retour à Paris, où elle vit et travaille, Marine de Soos débute sa carrière dans le marketing avant de s’orienter définitivement vers la sculpture en 1991, aux côtés notamment de son maître américain, le sculpteur Jonathan Hirschfeld.

À l’âge de 18 ans, l’artiste quitte l’Afrique pour s’installer à Paris. Elle vient tardivement à la sculpture en 1991 après avoir travaillé auprès du sculpteur américain Jonathan Hirschfeld. À partir de 1999 elle expose régulièrement en France et à l’étranger.

Ses sculptures sont souvent de grande dimension. Quel que soit le sujet que l’artiste choisit de représenter, elle l’associe toujours à une émotion. Authentiques et simples, ses scènes sont inspirées de la sagesse des hommes et des femmes d’Afrique et d’Indonésie : un monde lointain et onirique qui s’oppose au matérialisme de notre époque. Proche aussi du monde animal, elle insiste sur leur caractère sacré (la vache sacrée de l’Inde – l’ibis d’Égypte).

 Marine de Soos commence toujours son travail en sculptant la terre cuite qu’elle complète en reprenant les détails à la cire. Ensuite la fonderie Fusion, en Auvergne, coule les sculptures en bronze. Leur patine remarquable, le plus souvent sombre, fait ressortir le modelé frémissant des corps des personnages en laissant jouer la lumière à leur surface.

 À caractère distinctif , l’artiste fait la caricature instantanée du mouvement et les postures des personnages de façon identique .

Dès l’entrée dans la galerie le visiteur est accueilli par le « Grand Flûtiste », suivi par « Palabres », un homme au visage pensif, assis sur ses talons. Un peu plus loin la « Grande femme et l’enfant » douce et sereine, puis « le Grand Badjo », un pêcheur indonésien de 253cm de hauteur.

 Notons que cette  exposition qui engage à la contemplation de  tous requiert à  un monde quasiment culturel . Le travail de Marine de Soos est un grand moment de sculpture et se poursuit jusqu’au 14 mars 2020-galerie Estades de Lyon .

 

Jean Paul TRA BI