Suivez Nous

L’or des femmes sénégalaises honoré dans toute sa splendeur au musée d’art africain aux États-Unis

Irene COULIBALY | | Art contemporain

Le musée national africain Smithsonian renferme des joyaux exceptionnels. L’une de ses pièces maitresses est la sculpture vêtue d’une robe volumineuse tissée de fils d’or, elle porte une coiffe et des bijoux en or. Il s’agit d’une « signare », c’est-à-dire une femme riche et de pouvoir entre le 18ème et le 19ème siècle au Sénégal.

« Signare » est un mot emprunté du portugais « senhora » qui signifie dame. Il fait aussi référence au goût pour l’habillement, aux valeurs morales, à l’élégance, être en harmonie avec soi-même et marcher la tête haute, selon Kevin Dumouchelle, curateur au sein dudit musée.

Les pièces que compte ce musée sont parées d’or fondu par les femmes avec une touche de modernité. Elles ne sont donc pas des vieilleries mais bien au contraire, elles sont le témoignage du génie des femmes sénégalaises.

Même si l’histoire de certaines de ces femmes peut être sombre car elles sont connues pour avoir été des intermédiaires dans la traite négrière servant de traductrice et interprète entre les puissances coloniales et le Sénégal ; les visiteurs restent tout de même émerveillés par leurs créations.

L’exposition de ce musée présente une collection de l’historienne Marian Ashby Johnson composé de bijoux sénégalais en or et en plaqué. Plus de 250 objets qu’elle a collecté depuis les années 1960 sont à  découvrir jusqu’au 29 septembre prochain.

 

Irène COULIBALY