Suivez Nous

La grande exposition “Leonard de Vinci”, un évènement pour honorer la mémoire du génie toscan 

Irene COULIBALY | | Art contemporain

Le tableau la Belle Ferronnière. © Crédit photo: BENOÎT TESSIER / REUTERS

Artiste hors du commun avec des œuvres très fragiles qui ne laissent pas indifférent, Léonard de Vinci, génie toscan est célébré depuis jeudi 24 octobre à travers une exposition à Louvre, pour marquer le 500e anniversaire de son décès.

Événement historique qui réuni plusieurs classes, l’exposition “Léonard de Vinci” ouverte depuis jeudi 24 octobre au musée du Louvre se poursuit allégrement. A cet évènement qui vise à célébrer le 500e anniversaire de la mort de Leonard de Vinci, l’on compte 180.000 pré-réservations, dix ans de travail amont et 160 œuvres exceptionnelles, dont certaines ont été prêtées par la reine d’Angleterre et Bill Gates.

Malgré le temps écoulé, Léonard de Vinci reste une personnalité et un génie absolu qui fascine toujours autant les foules. Cette exposition est donc l’occasion unique d’admirer dix tableaux du maître de la Renaissance en plus de la Joconde. Parmi ces œuvres, La Sainte Anne, Saint Jean-Baptiste et la Madone Benois, prêtées par le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Le musée du Louvre possède cinq tableaux originaux de Léonard de Vinci.
Ce mérite revient à François 1er, qui avait invité le peintre à venir vivre au Clos Lucé, à Amboise, et qui, à sa mort, a fait entrer dans les collections royales, les tableaux qu’il avait en sa possession dont la Mona Lisa. C’est grâce à cela que le Louvre se trouve à la tête de près du tiers des tableaux de l’artiste. Louis XII, prédécesseur de François 1er avait déjà acquis La Vierge aux rochers et La Belle Ferronnière.

Cette exposition a nécessité dix ans de travail et des demandes de prêts un peu partout dans le monde. Le British Museum, du Vatican et de l’Italie y ont fortement contribué. La reine d’Angleterre a aussi prêté 24 dessins de la collection royale sur les 542 qu’elle possède. Rome et plusieurs autres musées italiens ont aussi prêté des œuvres à l’issue de négociations entre musée dont le célèbre Homme de Vitruve, venu tout droit de Rome.

En raison de sa fragilité, Homme de Vitruve, sera retiré plus tôt de l’exposition avant sa fin prévu plusieurs mois après.

 

Irène COULIBALY