Suivez Nous

Décès de super Koné, le photographe des chefs d’Etat africains

Irene COULIBALY | | Art contemporain

Le photographe Mamadou Koné. © DR

Portraitiste confirmé des chefs d’État africains, Koné s’est éteint lundi 6 mai à l’âge de 71 ans à l’hôpital Montfermeil, une région parisienne. L’objectif de sa caméra a vu défiler plus de 800 personnalités politiques à savoir des rois, des princes ou chefs de gouvernement.

Mamadou Koné de son vrai nom était malien d’origine. Rêvant au départ d’être guitariste, il s’est finalement retrouvé avec un appareil photo entre les mains. Il obtient l’autorisation de réaliser les images des cérémonies officielles au palais présidentiel de Bamako à peine dans sa vingtaine. Il réalise par la suite le portrait de l’écrivain Amadou Hampâté Bâ ensuite celui de Bazoumana Sissoko, le père de l’hymne national malien. Mais son premier succès lui est dû par la sortie en 1975 de son livre intitulé « Coiffures traditionnelles et modernes du Mali », un livre qui magnifie la beauté féminine.

En 1977, sa rencontre avec l’ethnologue et cinéaste français Jean Rouch le pousse à s’installer à Paris et là il rencontre de plus en plus de personnalités qui font de lui une référence dans la photographie. Et chaque fois qu’un président africain est reçu au présidentiel français, l’objectif de la caméra de Super Koné ne manque pas pour immortaliser ces moments.

En plus de 40 ans de carrière, Super Koné s’est imposé en photographiant les chefs d’Etat dans toute l’Afrique sans oublier les personnalités. Et ses portraits étaient vendus aux plus grandes agences dont SIPA, SIGMA, AFP pour ne citer que ceux-là.

 

Irène COULIBALY