Suivez Nous

4e édition des Rencontres Internationales des Arts Numériques et Visuels d’Abidjan (RIANA) : la jeunesse Africaine appelée à une prise de conscience

Jean Paul Tra Bi | | Art contemporain

© Autre presse par DR

Reportées à maintes reprises en raison du coronavirus, les RIANA se tiennent ordinairement au premier trimestre de chaque année depuis leur naissance en 2017. Les portes des RIANA ont été officiellement ouvertes mercredi 1er juillet 2020 à travers une exposition à Cap Sud, sis à Marcory (Abidjan-Côte d’Ivoire), et se tiendront sur tout le mois de juillet.  Il est baptisé sous le thème « Rêver l’Afrique d’après ».

C’est donc autour de ce thème que bon nombre d’artistes veulent inviter la jeunesse africaine à regarder différemment son continent afin d’y voir les énormes richesses et potentialités de réussite qui ne demandent qu’à être travaillées.

À travers leurs toiles telles que les sculptures, les photographies, les artistes comptent « inviter l’Africain qui désespère à reprendre foi en son Afrique et aussi à tous ces braves hommes et femmes, candidats à l’exil vers un hypothétique avenir, nous voulons dire que leur vie peut réellement faire la différence ici, et qu’elle ne mérite pas d’être mise en péril dans les Océans, pour un ailleurs plus qu’incertain. »

Jacob Bleu, artiste peintre ivoirien a ouvert le festival à travers une exposition de tableaux, sous le thème de « Réalités masquées ». Il donne ainsi le coup de départ d’un évènement culturel visant à la « valorisation des talents en matière d’art visuel et numérique » en Côte d’Ivoire et en Afrique.

Selon lui, c’est principalement cette fonction qu’il faut rechercher dans plusieurs initiatives en vue d’accomplir le développement d’une Afrique forte à tous égards et capable d’assumer son passé pour réinventer son histoire. D’ailleurs, c’est cette vision qui justifie le choix du thème. « L’Afrique d’après est une Afrique qui se revient. C’est un peuple qui se voit à travers ses attributs culturels. C’est une Afrique qui se bat, mais aussi un continent qui se réinvente. », a-t-il déclaré.

Rappelons que les rencontres Internationales des Arts Numériques et Visuels d’Abidjan (RIANA) se veulent un cadre de promotion et de découverte des diverses identités d’arts visuels, un lieu de formation et d’équipement des artistes plasticiens pour la gestion de leur carrière et un espace d’expression de la communauté artistique sur les grandes questions d’actualité.

 

Jean Paul TRA BI